Surentraînement : récupérer pour mieux gagner

Le surentraînement se caractérise par une stagnation ou une baisse des performances alors même que l’on s’entraîne autant, voir plus. En cas de surentraînement, l’organisme, poussé au-delà de ses capacités, ne parvient plus à récupérer et peut conduire à des troubles plus sérieux, qui peuvent affecter aussi bien votre corps que votre esprit.

N’importe quel joueur peut être touché un jour ou l’autre par le surentraînement, qu’il évolue en Pro A ou en division régionale.

 

Définition du surentraînement

Le surentraînement est un état de fatigue aiguë qui entraîne une chute durable des performances.

Les causes

  • Une charge d’entrainement inadaptée
  • Une charge d’entrainement mal répartie sur la semaine
  • Une récupération insuffisante
  • Mauvais alimentation
  • Le stress social (activité professionnelle, rythme de vie)  qui altère le processus de récupération
  • Le manque de sommeil

Les symptômes

Perte d’enthousiasme à l’entraînement

L’un des principaux signes du surentraînement et la perte d’enthousiasme, de motivation. Cela arrive à ceux qui sont le plus acharnés et passionnés pour s’entraîner.

Irritabilité et dépression

Pour le joueur surentraîné, le sentiment d’ennui pendant les séances d’entraînement sera souvent projeté hors de la piscine : vous (ou vos amis, collègues ou membres de la famille) remarquerez peut-être chez ce joueur des sautes d’humeur, des sentiments de tristesse ou de colère, une perte d’appétit et des troubles du sommeil.

 

Une fréquence cardiaque élevée au repos

Une fréquence cardiaque élevée et chronique tous les matins ou au repos (alors que ce n’est pas le cas d’habitude) peut être un fort indicateur du surentraînement.

Maladies fréquentes

Si vous êtes normalement en bonne santé, mais que cela fait quelque temps que vous attrapez toutes les maladies qui passent, grippe, gastro ou autre rhume chronique pendant l’hiver,  vous avez peut-être un système immunitaire affaibli, qui est un autre signe commun de surentraînement.

Comment prévenir le surentrainement ?

Une fois le surentraînement chronique installé, il peut prendre des jours, des semaines, voire des mois, pour que votre récupère complètement. Si c’est le cas, vous devriez prendre une pause complète. Pour éviter d’en arriver là, entraînez vous intelligemment de façon à permettre à votre corps de récupérer.

Eviter le surentraînement avec un bon sommeil

Le sommeil est un moyen efficace pour lutter contre le surentraînement. N’oubliez pas que c’est pendant que vous dormez que vous récupérer. Trop d’entraînement et pas assez de sommeil et c’est le surentraînement qui guette.

Voir notre article précédant : Récupération : un match se gagne en dormant !

La nutrition

Votre alimentation joue un rôle fondamental dans la récupération. Sans les nutriments appropriés, vous allez puisé dans vos réserves et épuisez votre organisme.

Evitez d’associer un régime restrictif avec une pratique sportive. N’oubliez pas que votre corps et comme une voiture il a besoin de carburant pour fonctionner.

Surentraînement et stress

 Le stress est un facteur à prendre en compte en matière de surentraînement. En effet si l’on ajoute un stress psychologique à un stress physique, il y a de fortes chances pour que votre corps dise STOP.
 
Cet article n’est qu’une ébauche d’informations. En cas de symptômes, consultez un médecin ou une personne qualifiée.
Récupération 7 mars 2017